Nouvelles et shortstories

Entrée d’Uranus en Bélier

Celle-ci s’est faite au moment d’une Pleine Lune, le 28/05/2010 (01 : 44 TU) ! L’ascendant Universel (Greenwich) est en Bélier à 3° comme si ce phénomène était amplifié et annoncé en fanfare, Jupiter y est conjoint et s’oppose à Saturne. Voilà qui montre aussi que l’avènement survient au milieu du cycle de 20 ans de Jupiter – Saturne. Ces deux-là sont les garants de notre histoire sociétale actuelle commencée en 2000 ! Dix ans plus tard une sorte de confrontation des deux grands principes: permissif-restrictif se fait sentir avec l’ingrès Uranus en Bélier en plus, il y a le besoin impératif d’embrayer sur des nouveautés  ce qui apportent aussi des bouleversements et du changement brusque (cf. Printemps Arabes). Le passage en Bélier est fort important car c’est le point équinoxial, là où l’équateur croise l’écliptique, là où la Terre prend la mesure de sa place dans le système solaire, là où commence le zodiaque. Physiquement il semble que ce degré 0° soit un endroit sensible!

Et les Astrologues dans tout ça? On dit qu’Uranus est la planète de l’astrologie et pourtant depuis une décennie l’astrologie n’a pas le vent en poupe, les professionnels de la branche se plaignent du manque d’intérêt de la clientèle. Peut-être qu’eux aussi devraient se renouveler dans la façon d’aborder cette discipline ou de la pratiquer comme profession …

Justement avec Uranus nous sommes amenés vers la modernité et précisément en Bélier nous assistons déjà à un renouveau scientifique particulièrement en Astronomie, aérospatiale, sondes, etc. où des avancées considérables voient le jour. Ciel & Espaceconsacre son premier n°  en 2014 sur les projets liés à l’espace d’ici à 2100.

Mais permettez-moi d’illustrer sous forme de récit de voyage l’époque en question.

Épisode Zambujal Portugal 21 septembre 2010

Hier, cela faisait une semaine que nous étions partis ! Partir en vacances ou en voyage n’est point pareil. Nous avions cru partir en vacances et nous nous sommes aperçus du voyage. Qui me laisse encore rêveur, songeur, méditatif.

Après plusieurs tentatives pour trouver le lieu de villégiature qui nous corresponde, je m’apprêtais à abandonner les recherches n’ayant plus envie de fournir d’effort et mes espoirs étant réduits à néant. Déçu par l’aspect mercantile et touristique, par l’abondance des voitures et des gens. Mais surtout aussi par la difficulté de trouver un lieu reposant. Lorsque nous décidâmes d’aller jusqu’à Mafra pour retrouver l’adresse d’un gîte dans un petit village proche de cette cité.

Ah ! Bon signe, il y a même un festival de jazz. Bien que nous allions de surprises en surprises, de découvertes en émerveillements comme à la Feirra de Tordesillas près de Valladolid en Espagne avant Sintra la majestueuse. En passant par la ville balnéaire de Caiscais qui laissa une impression de déjà-vu où nous fîmes cette belle rencontre avec une Allemande chargée de bagages que j’ai d’ailleurs valeureusement aidée en portant une partie de son fardeau. Elle était à la recherche du Paradis Perdu avec son jardin d’Eden bio. Comme nous elle n’a pas trouvé à se loger et continua son chemin.

La montagne Magique, les manoirs hantés, les palais qui regorgent de symboles maçonniques, les marches qui n’en finissent pas, la grimpette et la fatigue dans les jambes mais le charme grandiose, comme notre chambre aussi, nous fîmes séjourner à Sintra. 4 nuits en tout et un quiproquo avec la logeuse quand nous pliâmes bagages pour Zambujal. La dame d’argent voulait nous faire payer la nuit à venir ce qui n’était pas cool car sa pension était vide et aucune autre réservation n’était attendue mais dans ses exigences elle en oublia une nuit, nous nous sentions ainsi soulagés mais pressés de décamper.

La découverte de la ferme de Zambujal nous remplissait de joie, ce village constitué principalement d’autochtones abritait la gentillesse personnifiée. C’est grâce à elle, mes connaissances en portugais et les recherches intelligentes de Nicole un an plus tôt que nous avons pu y avoir accès car les propriétaires étaient justement absents quand nous y arrivons. Néanmoins après quelques palabres, la transaction pu se faire par téléphone grâce à la voisine, Céleste. Une semaine au prix de 400 €, une aubaine pour nous qui cherchions un endroit calme pour être indépendant, au bord de l’océan, loin du tourisme de masse.

Après un souper typique au village d’Ordinhas, (9 Km en venant de Sintra par la N247), nous prîmes possession de la maisonnette, heureux de pouvoir enfin emménager après une semaine de déambulation. Comblé et repus, nous nous installâmes à la terrasse pour contempler le ciel étoilé et une lune bientôt pleine allant vers sa conjonction à Jupiter, lui-même conjoint à Uranus. Voir thème ci-dessous.

Tout cela me fit méditer sur la chance, la surprise, le voyage et après un long moment de détente à flâner le nez en l’air, nous nous apercevons de l’ironie du sort et de la valeur du sens, celui de l’humour restant le plus adéquat car en fermant simplement la porte entre la maison et la terrasse nous nous étions « enfermés dehors » sous la voûte céleste mais condamner à y passer la nuit. Stupéfaits nous pouvions voir tout notre attirail de l’autre côté de la vitre d’un intérieur illuminé mais pas les toucher. A plusieurs reprises je tentai de réveiller la voisine qui aurait sans doute une solution mais sans succès, même leur chien dormait.

A deux nous réunîmes sang-froid et ingéniosité pour appliquer les solutions qui s’imposaient. En un temps record le campement fut dressé grâce aux matelas pneumatiques restés dans la voiture qui se transforma non pas en citrouille mais presque. Au petit matin j’ai pu trouver l’aide Céleste pour nous décoincer de là.

Je ne pouvais m’empêcher de faire le rapprochement avec la nuit qui restait due à Sintra mais que nous avions réussie confusément à esquiver et la chance de trouver ce que l’on cherchait puis d’en être privé malgré tout pour une nuit. Je ne sais s’il y avait une relation de cause à effet (karma) ou s’il s’agissait d’un « acte manqué » voire les deux.

Pleine Lune et équinoxe ont déclenché une belle et grande marée, de la pluie, du vent et un changement de saison notoire.automne_2010Ce thème permet d’illustrer l’entrée d’Uranus en Bélier malgré la planète qui rétrograde en  Poissons, elle aura été sur le degré zéro de déclinaison (là où se trouve le soleil pour l’équinoxe) depuis le mois de mai 2010 jusqu’au début du mois de septembre de la même année. Uranus est entré une 1ère fois en Bélier le 28 mai 2010. Un phénomène électrisant et fortement uranien pour cet équinoxe au moment de la Pleine Lune. Ce fut l’occasion d’un spectacle de taille au bord de l’Atlantique, des vagues énormes en plein soleil, une mer puissante au point d’en écarter les surfeurs.

Vous voyez qu’Uranus n’a rien perdu de sa superbe en s’alliant à Jupiter en Poissons le jour de cette PL équinoxiale de surcroit. La maîtrise de l’eau des Poissons avec Neptune  conjoint  Chiron en Verseau permet des prises de  conscience de nos possibilités de guérison qui sont à notre portée. Sans doute comprendre que le cerveau en possède aussi la clé car c’est lui qui induit l’activité intérieure, pas uniquement celle du raisonnement ou de l’analyse cérébrale mais en tant que centrale il dispatche les messages à tout l’organisme en modifiant constamment le cours de l’activité biologique, ne fut-ce que pour le maintenir à un certain niveau, en fonction des différents états émotionnels.

©astrodazibao

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s